projet_espace-des-sciences_pierre-gilles-de-gennes_association-traces
partenaire_espgg_association-traces_2

Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes

ESPGG

projet_espace-des-sciences_pierre-gilles-de-gennes_association-traces

Le projet

Depuis 2011, Traces est en charge de la gestion de l’Espace des Sciences Pierre-Gilles de Gennes (ESPGG). Entre espace d’animation grand public et laboratoire d’innovation pour la médiation et la communication des sciences, l’ESPGG navigue à l’interface entre science, culture et société.
Il constitue un lieu ouvert pour favoriser des échanges, des rencontres et des réflexions communes entre chercheurs, enseignants, journalistes, artistes, narrateurs, curieux des sciences et des cultures.
L’action de l’ESPGG, qui souhaite être un point de rencontre entre les Parisiens et le monde scientifique, comporte six volets :

  • Expositions temporaires arts-sciences
  • Exposition permanente d’instruments scientifiques (parmi lesquels des instruments originaux de Pierre et Marie Curie) ;
  • Animations scientifiques ;
  • Séminaires, conférences et conférences expérimentales ;
  • Accompagnement de l’enseignement des sciences ;
  • Événementiel scientifique.

Les objectifs

  • Contribuer à la culture scientifique du plus grand nombre
  • Catalyser le pouvoir d’agir des jeunes et lutter contre leur autocensure vis-à-vis de la science
  • Promouvoir la réflexion sur la science et ses enjeux
  • Accueillir et stimuler l’innovation en matière de communication publique de la science
  • Promouvoir le patrimoine scientifique historique et contemporain de l’ESPCI ParisTech

Les méthodes

L’ESPGG appuie un événementiel attractif et dynamique sur ses animations et ses expositions, à destination de publics variés. Mais il propose également aux professionnels concernés par la communication des sciences et les relations science-technologie-société de devenir ses usagers.
Si l’ESPCI ParisTech est le lieu où l’on forge jour après jour le monde de demain, l’ESPGG doit être le lieu où l’on en parle, où l’on anticipe ces progrès pour en comprendre les enjeux.

Ont notamment contribué à la vie de ce projet : Anne Arbellini (fonctionnaire), Garance Aubry (salariée), Alison Krief (stagiaire), Anaïs Le, Laurent Kung, Céline Rosset (volontaires associatifs).