Des modèles pour comprendre l’apprendre “de l’empirisme au modèle allostérique”

Article

Auteurs

Éditeur

Gymnasium Helveticum

Mai 2004

En tant qu’enseignants, nous avons tous comme objectifs que nos élèves ou nos étudiants "apprennent". Pour y parvenir, nous nous référons aux multiples pistes que les didactiques de nos disciplines respectives proposent, ainsi bien sûr qu’à nos propres expériences d’anciens élèves. Or, toutes ces stratégies pédagogiques ne sont pas anodines. Elles émanent de courants de pensée différents, issus d’un questionnement pourtant identique et aussi vieux qu’Aristote : d’où vient ce que nous savons ? Comment élaborons-nous notre propre savoir1 ? Sans remonter aux Grecs anciens, nous dirons que, depuis Locke (1693) et Condillac (1746), pour ne citer que les plus connus, on cherche à expliquer les mécanismes mis en oeuvre dans le fonctionnement de la pensée.