Des vers dans les jardins chimiques pour (re)mettre la science en culture

Article

Auteurs

Éditeur

Alliage n° 64

Janvier 2009

Les expériences historiques de Stéphane Leduc sont peu ou mal connues. Tout au plus les vulgarisateurs de la chimie exposent-ils de temps en temps, face à des publics médusés, les étonnantes formes et couleurs de ses croissances osmotiques, mieux connues de nos jours sous la dénomination de "jardins chimiques". Elles sont pourtant relativement simples à réaliser, du moins dans leur version élémentaire, comme en témoigne le chapitre Récréations chimiques de l’Oncle Tungstène d’Oliver Sacks : "Je réquisitionnai notre table de cuisine pour m’y fabriquer un "jardin chimique" en ensemençant une solution sirupeuse de silicate de sodium ou de soude avec des sels de fer, de cuivre, de chrome et de manganèse aux diverses couleurs : il en résulta non point des cristaux, mais une prolifération quasi végétale de vrilles qui se distendirent, bourgeonnèrent et éclatèrent en se remodelant sans arrêt sous mes yeux".