Portfolio “Jardins chimiques”

Article

Auteurs

Éditeur

La Recherche n° 400

Septembre 2006

Recréer la vie à l’aide de sels métalliques : il n’en faut pas plus à la presse scientifique anglo saxonne pour consacrer, entre 1905 et 1913, de nombreuses colonnes à Stéphane Leduc. Ce professeur de physique médicale est un véritable touche-à-tout. Depuis le début de sa carrière, il a mené des travaux de bactériologie, travaillé sur les effets des courants électriques sur l’organisme, exploré le rôle thérapeutique des ions… Au début du XXe siècle, voilà qu’il développe une théorie séduisante : il est convaincu que la vie est née à la faveur de rencontres entre substances chimiques
minérales. Dans son laboratoire de l’école de médecine de Nantes, il tente donc d’imiter le vivant. En déposant des sels métalliques dans des solutions de carbonate de potassium, l’"éminent médecin français", comme l’appelle alors le Scientific American, obtient des cellules artificielles "plus vraies que nature".