La musique de la chimie “du solfège à la mélomanie”

Article

Éditeur

Educación química

Octobre 2008

Qu’il s’agisse de chimie ou de musique, l’appréhension d’une discipline repose sur quatre pôles fondamentaux : la pénibilité des apprentissages, le plaisir de la pratique, l’intérêt des savoirs acquis et la dynamique personnelle de l’élève.
Nous montrons ici combien et comment l’image de la chimie peut être ternie si l’un quelconque de ces quatre pôles est négligé dans son enseignement, puis montrons que le déséquilibre qui en résulte risque de manière ultime de la transformer respectivement, pour nos étudiants futurs-concitoyens, en discipline théorique codée, science spectacle désincarnée, matière sans intérêt et métier inaccessible.
A travers cette grille d’analyse, l’étude des programmes scolaires permet alors de mieux comprendre l’influence qu’a pu avoir l’enseignement de la chimie sur son image depuis une vingtaine d’années, auprès de ceux qui l’ont approchée par l’unique biais de leur scolarité.