Le rationnel et le merveilleux

Article

Si les scientifiques n'ont aucun doute quant à la capacité d'émerveillement qu'offre la science, il n'en va pas de même des profanes qui l'accusent souvent de briser leurs rêves, de "tuer le merveilleux". Un merveilleux qui constitue pourtant un besoin fondamental de l'être humain. La vulgarisation scientifique s'efforce de propager une démarche rationnelle d’accès à la connaissance, de susciter la curiosité du public et de lui faire aimer la science. Telle des parents face à la croyance au Père Noël, contrainte de "dire la vérité, toute la vérité", elle devra d’abord surmonter de véritables chocs émotionnels avant de pouvoir susciter l'émerveillement. Trop rationaliste, la vulgarisation scientifique détournera de la science. Trop ésotérique, elle en troublera le message. Dans les deux cas, elle risquera de faire le jeu des parasciences. Comment alors concilier le besoin de merveilleux avec la nécessité de transmettre une information juste et rationnelle ?