“Mettre en scène” le savoir pour apprendre

Article

Trop souvent encore, les enseignants et autres vulgarisateurs restent persuadés qu'il suffit d'expliquer, de bien montrer, de répéter, de faire manipuler, voire de récompenser ou de punir, pour que l'élève apprenne. Or, il s'avère que de telles pratiques sont souvent insuffisantes pour assurer la construction de savoirs et de compétences à long terme. Pourquoi ? Tout simplement parce que de très nombreux paramètres interviennent entre l'émetteur (le cerveau du médiateur) et le récepteur (le cerveau de l'apprenant).
Les dernières recherches en didactiques des sciences réalisées dans le Laboratoire de Didactique et Epistémologie des Sciences de l'Université de Genève que dirige le Pr. André Giordan apportent bien des éclairages en la matière grâce à son modèle d'apprentissage dit "allostérique". Le présent article se réfère à ces multiples travaux.