Plus loin que le bout de son nez

Article

Auteurs

Éditeur

Cahiers pédagogiques

Février 2006

Penser un enseignement des sciences qui dépasserait la seule mémorisation de contenus anecdotiques, apanage de nos programmes actuels, n'est pas aisé, tous les enseignants qui ont tenté l'expérience le diront. Néanmoins, pour comprendre la complexité du monde actuel, pour ne pas se sentir "largué" par les avancées technologiques, pour participer activement à la vie sociale, économique, politique, intellectuelle ou plus simplement pour être un citoyen dans le sens premier du terme, c'est-à-dire responsable de ses choix et de ses actes, apprendre la "poussée d'Archimède", surtout lorsqu'on ne sait pas en expliquer le principe ne sert pas à grand chose. Si certaines bases purement "scientifiques" restent nécessaires, ne serait-ce que pour développer un esprit curieux, elles ne peuvent devenir opérationnelles que dans un esprit habitué à faire ce que Piaget nommait des "mises en relation".