Un modèle pour comprendre l’apprendre “le modèle allostérique”

Article

Auteurs

Éditeur

Gymnasium Helveticum

Janvier 2005

Un modèle "allostérique"… On reproche souvent aux didacticiens d’employer un jargon incompréhensible pour décrire des aspects de l’éducation qu’en tant qu’enseignants, nous expérimentons quotidiennement dans nos classes. Pourtant, comme toutes les autres sciences, qu’elles soient "dures" ou "humaines", la didactique a un rôle légitime de théorisation et d’explicitation, qui passe nécessairement par l’élaboration de concepts ou de modèles précis ayant besoin d’être nommés. Heureusement, malgré son appellation un peu ésotérique, le modèle allostérique a l’avantage d’être directement exploitable dans l’acte d’enseignement.

Cela signifie-t-il pour autant que le modèle allostérique propose une nouvelle "méthode" d’enseignement ? Une de plus ? Non pas. Cet article a moins pour objectif d’expliquer "comment on enseigne" que "comment on apprend". Et ce renversement de point de vue offre des perspectives enthousiasmantes, tant du point de vue intellectuel que pédagogique.