projet_tam-tam_association-traces_1

Tam Tam

projet_tam-tam_association-traces_1

Le projet

C'est en réaction à la médiatisation négative de ses activités et à ce qu’il considérait comme une mauvaise information sur les questions socialement vives qui leurs sont liées que le groupe Bayer a décidé de lancer un serious game collaboratif pour permettre à ses salariés de s'informer et de s'exprimer sur une douzaine de sujets sensibles. Or si la mise en débat des controverses sociotechniques liées aux activités de l’industrie est réclamée par la société civile, elle n’en reste pas moins délicate dans le cadre de l’entreprise. Le projet Tam Tam, est une solution hybride entre le groupe de travail, l’atelier-débat, l’enquête de terrain, le jeu vidéo en ligne et les réseaux sociaux.
Avec ce projet, nous avons souhaité tester l’hypothèse selon laquelle aider les acteurs sociaux que sont les entreprises à s'engager dans des démarches de responsabilité à travers la prise en compte des opinions de leurs salariés peut faciliter le mouvement vers une société plus collaborative où les entreprises sont plus conscientes de ce que la société civile attend d’elles.

Les objectifs

  • Permettre aux salariés de clarifier individuellement et collectivement leurs propres ressentis à l’égard de problématiques concernant Bayer et rendues sensibles par leur traitement médiatique
  • Leur fournir un outillage argumentatif pour leur permettre de représenter le groupe Bayer auprès de la société civile (clients, prestataires, proches, amis, commerçants, journalistes…)
  • Leur donner accès, pour ce faire, à des informations scientifiques précises et de qualité
  • Permettre à la direction de Bayer de comprendre la manière dont ses salariés appréhendent ses activités, notamment dans les domaines qui soulèvent des questions socialement vives

Les méthodes

Pour ce projet plusieurs types d’outils ont été imaginés et adaptés, dont les jeux de discussion. Pour permettre aux participants de se faire une opinion s’ils en étaient dépourvus initialement, ces outils leurs permettent également de mieux en comprendre les fondements. L’opinion, propre à chacun, repose sur de multiples dimensions, personnelles (connaissances, valeurs, imaginaires) ou socialement situées (faits ou interprétations de faits, légendes urbaines, grandes narrations), qui sont abordées par le jeu de discussion, pour permettre aux participants de comprendre "pourquoi ils pensent ce qu’ils pensent". L'un des objectifs des jeux de discussion consiste, à partir de valeurs et des imaginaires de chacun, à permettre aux participants de comprendre "pourquoi ceux qui ne pensent pas comme eux, pensent ce qu’ils pensent". Enfin, en partant des préoccupations des participants plutôt qu’en apportant d’emblée des réponses à des questions qu'ils ne se posent pas, ces outils les amènent à s’interroger et les incitent à se renseigner davantage sur le thème abordé.

Partenaires